PAZ > Nos campagnes > Cohabitons avec les animaux liminaires > Accueillons les lapins à Paris

Accueillons les lapins à Paris

 
PAZ saisit la justice
 
Le Tribunal Administratif a examiné notre référé-suspension le 20 juillet 2021. Le jugement du 22 juillet 2021 nous a donné raison et a suspendu l’arête prefectoral. Il n’est donc plus autorisé de tuer les lapins à Paris, en attendant l’audience sur le fond de notre référé-suspension. Le 7 janvier 2021, le Tribunal Administratif a annulé les arrêtés de 2018 et 2019 en considérant que les sangliers, les pigeons ramiers et les lapins de garenne ne peuvent être considérés « nuisibles ».
 
Découvrez les articles du Parisien et de Cnews
 

Contexte

Le 23 juillet 2018 ainsi qu’en 2019, notre association PAZ a déposé une requête en annulation contre les arrêtés préfectoraux annuels de 2018 et 2019 classant dans les catégories des animaux nuisibles (“susceptibles d’occasionner des dégâts”, selon la nouvelle terminologie) le sanglier, le pigeon ramier et le lapin de garenne sur le territoire de la Ville de Paris.

Cet arrêté inepte autorise les chasseurs à capturer et à tuer ces animaux en dehors des périodes de chasse tous les jours de l’année. Notre association considère qu’il doit être annulé, alors que les dégâts causés à Paris par les sangliers n’ont jamais défrayé la chronique, que la présence de pigeons ramiers à Paris n’est pas significative et que les lapins de garenne sont aujourd’hui menacés d’extinction en France métropolitaine.

Au contraire, les rares populations de lapins de garenne établies à Paris (dans le Bois de Boulogne et les jardins de la façade nord de l’Hôtel des Invalides, notamment) doivent être protégées des campagnes de furetage dont ils sont très régulièrement les victimes.

 

Mobilisation et attentes citoyennes

Rappelons que les Français-es rejettent massivement la chasse : 81% de la population française déclare ne pas être favorable à la chasse (sondage IPSOS de 2018).

Le 21 janvier 2019, nous avons organisé un happening contre l’arrêté dit « nuisibles » (article du Parisien cliquez-ici).

 

Photos : Juliana Marques