Nos campagnes

Qui sommes-nous ?

« Notre mission est défendre les intérêts des animaux, sans distinction d’espèces. »

Notre association Paris Animaux Zoopolis (PAZ) traite des questions de souffrance animale sur le territoire de la Ville de Paris. Notre approche est résolument politique. Nous menons actuellement cinq campagnes.

A l’origine, en 2015, nous avons créé le Collectif “Paris sans captivité animale” en lançant une pétition citoyenne dont le but était d’inciter la Ville de Paris à ne plus autoriser les spectacles de cirques avec animaux sauvages sur son territoire.
 Ce collectif est devenu une association régie par la loi du 1er juillet 1901, Paris Animaux Zoopolis, au début de l’année 2017.

Notre association a ainsi pu participer à la Mission Animaux conduite par la Mairie de Paris en 2017 et elle a fait une série de propositions en lien avec les campagnes qu’elle conduit.

Nous sommes aussi à l’origine de plusieurs tribunes publiées dans la presse.

 Par ailleurs, nous avons mené plusieurs campagnes d’affichage dans le métro parisien pour sensibiliser le grand public et interpeller la Mairie de Paris et le gouvernement. PAZ organise également régulièrement des conférences en lien avec nos campagnes.

Zoopolis,
une théorie politique des droits des animaux

« Zoopolis pose les principes d’une société multi-espèces équitable où les humains et les animaux cohabiteraient pacifiquement. »

L’association Paris Animaux Zoopolis (PAZ) tire son nom de l’ouvrage « Zoopolis, une théorie politique des droits des animaux » écrit par deux philosophes canadiens, Sue Donaldson et Will Kymlicka (Alma éditeur, 2016). PAZ promeut les principes dégagés dans ce livre.

Donaldson et Kymlicka montrent notamment qu’à côté des animaux domestiques, vivant sous la domination humaine, et des animaux sauvages, vivant dans la nature sauvage, il existe une troisième catégorie (sociologique) d’animaux, qu’ils appellent les animaux liminaires et qui vivent dans la proximité immédiate des humains sans pour autant être domestiqués. Appartiennent à cette catégorie les rats, les pigeons, les moineaux, etc. A partir de ce constat, les auteurs de Zoopolis ébauchent les règles permettant de vivre en société avec les animaux appartenant à ces trois catégories (animaux domestiques, liminaires, sauvages). Prenant appui sur la théorie libérale de la citoyenneté, Donaldson et Kymlicka proposent d’accorder la citoyenneté aux animaux domestiques, de reconnaître la souveraineté des communautés d’animaux sauvages et enfin de faire des animaux liminaires des résidents. Ces solutions reposent sur des conceptions renouvelées de la citoyenneté, de la souveraineté et de la résidentialité.

Fermer le menu