PAZ > Actualités > Blog > Pêche au vif : comment agir ?

Pêche au vif : comment agir ?

Ce que PAZ demande : l’interdiction de l’utilisation d’animaux vertébrés vivants comme appât. Précisons que les insectes (mouche, vers de terre…) ne sont donc pas concernés.

Nos principaux arguments :

  1. Cette pratique provoque de grandes souffrances physique et psychologique aux vifs : capture ou élevage puis captivité et enfin appât.
  2. Cette pratique tue deux fois plus d’animaux que les pratiques de pêche aux leurres
  3. Les vifs, déplacés d’un cours d’eau à un autre, peuvent propager des parasites et virus
  4. Les vifs, issus d’élevage ou d’un autre point d’eau et qui parviennent à s’échapper, peuvent se reproduire avec des poissons et entraîner des problèmes en terme de biodiversité et de pollution génétique 
  5. Interdire la pêche au vif (appât vertébré vivant) ne signifie pas interdire la pêche de loisir, qui est composée de pratiques diverses et variées



AGISSONS !

Vous pouvez signer notre pétition adressée à Decathlon qui vend des poissons destinés à la pêche au vif.

1) J’écris à mon Maire et à l’Adjoint-e Condition Animale.

Vous pouvez trouver les adresses mails sur le site de la Mairie ainsi que sur Politique & Animaux.  Vous pouvez joindre des photos. (PAZ tient un modèle de voeu à la disposition des élu-e-s municipaux.)

Transférez-nous vos messages afin que nous puissions suivre les mobilisations : contact@zoopolis.fr 

 

Exemple de courriel :

Monsieur le Maire,  OU Madame la Maire,

J’ai appris l’existence d’une pratique de pêche de loisir particulièrement cruelle : la pêche au vif (photo ci-jointe). Cela consiste à utiliser un animal vertébré vivant comme appât. En général, il s’agit d’un poisson qui est transpercé d’un hameçon dans le dos ou la bouche pour piéger un poisson prédateur. Il est vivant pendant plusieurs minutes voire, plusieurs heures.

La pêche au vif est une pratique qui n’a plus sa place dans notre société. 

Je précise qu’interdire la pêche au vif (appât vertébré vivant) ne signifie pas interdire la pêche de loisir, qui est composée de pratiques diverses et variées.

C’est grâce à l’engagement public de plusieurs centaines de communes que la Ministre Pompilli a annoncé la fin des animaux sauvages dans les spectacles. Nous pouvons faire de même pour la pêche au vif.

En tant que Maire, je souhaite que vous encouragiez le gouvernement à légiférer. Je vous encourage donc d’une part à déposer un voeu en Conseil Municipal en faveur d’une interdiction de la pêche au vif, et d’autre part à inciter les associations de pêche de votre commune à ne plus utiliser d’appâts vivants.

Vous démontreriez en agissant concrètement que vous êtes sensible à la condition animale, comme 89% de la population française qui considère que c’est une cause importante.

Qu’en pensez-vous ?

 

Bien cordialement, 

NOM Prénom, adresse postale.



2) J’écris à mon député et à mes sénateurs.

Vous pouvez trouver les adresses mails sur les sites de l’Assemblée nationale et du Sénat.

 

Exemple de courriel :

Mesdames et Messieurs les Parlementaires,

J’ai appris l’existence d’une pratique de pêche de loisir particulièrement cruelle : la pêche au vif (photo ci-jointe). Cela consiste à utiliser un animal vertébré vivant comme appât. En général, il s’agit d’un poisson qui est transpercé d’un hameçon dans le dos ou la bouche pour piéger un poisson prédateur. Il est vivant pendant plusieurs minutes voire, plusieurs heures.

La pêche au vif est une pratique qui n’a plus sa place dans notre société. 

Je précise qu’interdire la pêche au vif (appât vertébré vivant) ne signifie pas interdire la pêche de loisir, qui est composée de pratiques diverses et variées.

 

Je vous encourage donc à contribuer à une interdiction de la pêche au vif en déposant une question écrite et en une proposition de loi.

Vous démontreriez en agissant concrètement que vous êtes sensible à la condition animale, comme 89% de la population française qui considère que c’est une cause importante.

 

Qu’en pensez-vous ?

 

Bien cordialement, 

NOM Prénom, adresse postale.


3) J’organise une mobilisation locale (tractage, happenings, manifestations…) : soit de façon autonome, soit en coordination et avec l’aide de PAZ. 

Les objectifs des actions locales sont :

  • sensibiliser et expliquer ce qu’est la pêche au vif
  • encourager les Mairies à s’engager publiquement
  • demander au gouvernement d’interdire cette pratique
  • obtenir une couverture médiatique afin de contribuer au débat publique 

Écrivez-nous en précisant votre ville et si vous représentez une association / collectif ou un-e militant-e : contact@zoopolis.fr. PAZ vous fournit le matériel (panneaux, tracts…). Nous nous occupons du communiqué de presse et de l’événement facebook.



4) Je m’inscris aux Actions en Ligne PAZ en cliquant ici.