La darse du rouvray est menacée

SCANDALE : LA DARSE DU ROUVRAY* MENACÉE PAR D’IMPORTANTS TRAVAUX DE LA VILLETTE

PAZ VA SE MOBILISER

Située dans le 19e arrondissement de Paris, la darse du Rouvray est un petit bras mort qui constitue l’habitat de 27 espèces animales dont 9 espèces d’oiseaux protégés au niveau national.
Le couple de cygnes Odette et Siegfried y vont régulièrement. Tous les printemps des foulques macroules naissent.
Une partie de la darse du Rouvray est gérée par La Villette qui prévoit des travaux sur cette partie qui jusqu’à présent est fermée au public. Elle est donc particulièrement sauvage et préservée.
 
La Villette prévoit des travaux de construction d’un bâtiment d’exploitation et à terme l’ouverture au public.
L’impact sur l’habitat des animaux et donc sur les animaux sera désastreux.
 
PAZ va se battre contre ce projet qui va diamétralement à l’opposé de notre projet de sanctuariation de la darse du Rouvray.
 
Voici les 4 axes de notre projet de sanctuarisation soutenue par la Mairie du 19e :
1- la sécurisation de la darse du Rouvray de part et d’autre du canal : interdiction de l’accès au grand public et de toute pratique de la pêche de loisir sur toute la longueur du canal (partie Mairie de Paris et Ministère de la Culture), avec l’installation de panneaux signalétiques et de clôtures adéquates non franchissables ;
2- un soutien aux habitats des animaux :
– pose d’un ou de plusieurs radeaux végétalisés sur ce canal (et non au pont de Crimée, très passant) profitant aux poissons et aux cygnes,
– sous la forme d’une végétation terrestre adaptée (arbres, buissons et herbes hautes – friche) sur la rive délimitant les bâtiments administratifs et sur la rive côté rue (décaler la clôture pour qu’une partie du trottoir quai de Metz soit incluse dans le sanctuaire),
– pose d’aérateur ou oxygénateur selon les périodes pour veiller à une excellente oxygénation de l’eau,
– contrôle de l’absence de poisons ou de pièges,
– création d’un “refuge LPO” (nichoirs, etc.)… ;
3- la limitation au maximum de la pollution : nettoyage régulier du canal avec des partenariats associatifs (sans recours à des engins électriques) et contrôle de la qualité de l’eau ;

4- la prise en considération de la condition animale comme critère fondamental dans les prises de décision concernant ce lieu (en sollicitant des spécialistes en amont). Par exemple, le barrage flottant à déchets, installé à l’entrée de la darse du Rouvray, pénalise certains animaux, notamment les cygnes*, qui ont des difficultés pour le franchir. Les animaux doivent pouvoir aller et venir librement et sans difficulté.

Pour lire l’article de presse de Paris Lights Up 

 

Photo : Paris Lights Up

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *