TRISTES NOUVELLES DE LA FAMILLE D’ODETTE ET SIEGFRIED

PAZ a suivi depuis le début la couvée d’Odette et Siegfried ainsi que les naissances, près du pont de Crimée dans le 19e. Aux côtés des habitants, nous les avons vus grandir. Cette famille de cygnes a mis du baume au coeur aux habitants du 19e, durant la période difficile du confinement. PAZ est intervenue à plusieurs reprises pour les protéger et défendre leurs intérêts.
C’est une grande tristesse de constater que la Ville de Paris n’a pas été capable de les protéger.
 
RAPPEL DES FAITS :
🔶 Mercredi 14 octobre à 21H, la famille, composée de 2 parents et 3 enfants, a été vue pour la dernière fois.
Jeudi 15 octobre, seuls 4 cygnes étaient visibles.
Samedi 17 octobre, seuls 3 cygnes sont visibles et un corps sans vie d’un cygneau a été récupéré par la brigade fluviale.
🔷 Mercredi 14 octobre, le radeau végétalisé a été restauré à la demande de la Mairie (PAZ y était opposée). Nous avons constaté :
1) La barrière de sécurité a été enlevée. Située sur le quai, nous l’avions demandé à l’Adjointe P. Komitès pendant le confinement pour protéger la couvée d’Odette (en créant une distance avec les passants). Elle a donc été enlevée le 14/10/2020.
2) Des grillages ont été mis en place sur le radeau afin d’empêcher les cygnes d’y accéder pour que les plantes poussent… L’espace dédié aux cygnes est particulièrement petit (réduction des 3/4). Selon des habitants, la famille entière ne pouvait pas s’y installée.
 
Alors que la famille se portait bien, la coïncidence avec la restauration du radeau végétalisé et du retrait de la barrière de sécurité est troublante.
Nos demandes adressées à la Mairie de Paris :
🔹 PAZ souhaite la réalisation d’une autopsie sur le corps du cygneau pour connaitre les causes de la mort,
🔹 PAZ renouvelle sa demande de sanctuariser la darse du Rouvray dans l’intérêt des animaux : le problème majeur est le manque d’habitat pour les animaux (végétation adaptée)
🔹 PAZ a envoyé sa contribution écrite pour le PLU à Emmanuelle Grégoire (on l’envoie, sur demande) : tout mettre en oeuvre pour que les animaux liminaires ne souffrent pas à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *