Aller au contenu

EXIGEONS UNE LOI POUR DES SPECTACLES SANS ANIMAUX

Depuis 2015, PAZ se bat pour l’interdiction de l’asservissement des animaux dans les cirques. Le 30 novembre 2021, la loi visant à “lutter contre la maltraitance animale et conforter le lien entre les animaux et les hommes” a été promulguée. Elle interdit les animaux sauvages dans les spectacles itinérants (cirques, fêtes médiévales…) en 2028, ainsi que les spectacles de montreurs d’ours et de meneurs de loups en 2023. La loi prévoit l’interdiction de la présentation d’animaux dans des discothèques à la promulgation de la loi (2021) et l’interdiction de l’utilisation d’animaux sauvages sur des plateaux télé depuis 2023.
Les nouveaux enjeux sont maintenant la mise en application de cette loi et l’interdiction des animaux domestiques, qui n’ont pas non plus leur place comme “bêtes de foire”
, ainsi que l’exploitation des animaux dans tous les types de spectacles (théâtres, spectacles fixes…) et pour la création artistique (cinéma, publicité…).

LES ARGUMENTS

La captivité est incompatible avec les besoins des animaux
Dans les cirques, les animaux sont emprisonnés à vie. Ils sont trimballés de ville en ville et ne vivent donc pas dans un environnement adapté. On constate des stéréotypies (troubles du comportement) qui marquent un état d’anxiété chronique. Par exemple, les fauves tournent en rond pendant des heures.
La Fédération des Vétérinaires Européens s’est positionnée sans ambiguïté en 2015. Elle fait état d’une “impossibilité absolue (pour les cirques itinérants) de répondre à leurs besoins physiologiques, mentaux et sociaux {des animaux sauvages}” et “recommande donc à toutes les autorités compétentes européennes et nationales d’interdire l’utilisation de mammifères sauvages dans les cirques itinérants dans toute l’Europe”.

Les animaux ne sont pas des jouets ni des attractions
Les animaux ne sont pas naturellement dociles et prompts à exécuter des numéros. Ils sont dressés afin de les soumettre. Ce passage obligé est extrêmement violent et reste caché aux yeux du public.
Les spectacles avec animaux sont largement à destination des enfants. À coups de lumières, de musiques et de paillettes, les circassiens leur font croire que les animaux sont heureux de faire le spectacle. Cette manipulation est inacceptable. PAZ défend l’idée que les animaux ne sont ni des jouets ni des attractions. Ils résistent. Il n’y a pas de spectacles avec animaux sans fouet ni cage

De même, les animaux utilisés pour la création artistique sont dressés et maintenus en captivité toute leur vie. Les dresseurs peuvent user de technique violentes pour les faire obéir sur les plateaux de tournage.

 

UNE PREMIÈRE VICTOIRE !

 

Après 6 ans de combat, la loi du 30 novembre 2021 est promulguée. Elle interdit les animaux sauvages dans les cirques itinérants d’ici à 7 ans, ainsi que les spectacles de montreurs d’ours et de meneurs de loups d’ici à 2 ans. 

 

Depuis 2015, PAZ a mené un combat acharné pour obtenir cette avancée :  

– des centaines de manifestations partout en France avec notre campagne #Exigeons Une Loi, 

– des centaines d’interviews (presse écrite, radio et télé), 

– une dizaine de tribunes dans la presse (Le Monde, Libération, Sciences et Avenir), 

– une centaine d’entretiens avec des maires, des parlementaires et des membres du gouvernement

– des milliers de mails envoyés aux parlementaires et aux maires, 

– des centaines de pétitions visant les maires, 

– un travail de fond avec les élu-es locaux (Il y a eu plus de 400 vœux municipaux demandant cette loi. PAZ est à l’origine d’un grand nombre de prises de position de villes – dont celle de Paris – qui ont été décisives dans l’adoption de la loi),

– des menaces de mort de Franck Muller visant personnellement la cofondatrice de PAZ, 

– des coups et blessures visant des membres de PAZ à Ermont et Soissons, 

– des plaintes déposées…

 

 Découvrez la rétrospective des actions de PAZ qui ont mené à cette avancée => cliquez ici.

OÙ EN EST-ON ?

La loi interdisant les animaux sauvages dans les cirques itinérants est une première victoire dont nous connaissons le prix. Il faut s’en réjouir ! 

Mais il reste encore du chemin :
– Les animaux sauvages seront interdits dans les cirques itinérants : c’est-à-dire que des spectacles non-itinérants utilisant des animaux sauvages pourront continuer dans 7 ans. L’itinérance est un problème majeur : les trajets peuvent être éprouvants et nécessitent de maintenir les animaux dans de petites cages ; quant aux lieux, ils ne sont pas plus adaptés (par exemple des parkings)… Mais là n’est pas le seul problème : pour qu’un animal exécute un numéro, il faut le dresser. Le dressage n’est pas un acte banal : les animaux résistent et sont violentés. De plus, les animaux restent enfermés dans des cages et sont contraints toute leur vie de réaliser des numéros ridicules. Nous réclamons donc l’interdiction de tous les spectacles utilisant des animaux.
Les villes de MontpellierGrenoble, et 
Chambéry ont d’ailleurs adopté des vœux demandant l’interdiction de tous les animaux, y compris les animaux domestiques, dans les cirques.

– La loi interdit seulement l’utilisation d’animaux sauvages. Les spectacles itinérants (et non-itinérants) avec des animaux dits “domestiques” pourront continuer. Par exemple, les camélidés (lamas, chameaux, dromadaires) sont considérés comme des animaux domestiques et pourront donc toujours être utilisés dans les cirques itinérants. C’est aussi le cas des équidés, animaux de ferme, chats, chiens, rats, pigeons domestiques, furets… Pourtant, qu’ils soient considérés comme domestiques ou non, tous les animaux ont besoin d’un environnement adapté et stable. Ils souffrent également du dressage. C’est pourquoi nous demandons la fin de tous les animaux dans les spectacles.

– Les animaux exploités pour le cinéma ou la publicité ont été complétement oubliés par la loi. Pourtant, tout comme les spectacles itinérants, les tournages impliquent pour les animaux sauvages un dressage violent, une vie en captivité, des transports éprouvants… PAZ demande donc l’interdiction d’exploiter des animaux sauvages captifs pour la création artistique.

De plus, il ne faut pas oublier que la loi ne sera effective que dans 7 ans. En attendant, il faut s’assurer que la mise en application se prépare. Par exemple, le gouvernement doit promulguer des arrêtés ministériels, ce qui n’a toujours pas été fait un an après l’adoption au Parlement !
Enfin, PAZ reste vigilante quant aux agissements des cirques. Il faut notamment s’assurer qu’ils respectent les réglementations minimales relatives à la détention d’animaux (par exemple, l’obligation d’installer des cages extérieures pour les fauves) et qu’ils n’outrepassent pas les décisions des municipalités ayant refusé de les accueillir avec des animaux.

Mai 2024 – Mme Sandrine Rousseau (Écologiste – NUPES – Paris) – Exposition d’animaux aquatiques dans les discothèques  


Avril 2024 – M. Mickaël Bouloux (Socialistes et apparentés – Ille-et-Vilaine) – Avenir des animaux sauvages des cirques itinérants en 2028

Mars 2024 – M. Pascal Martin (UC – Seine-Maritime ) – Question relative aux aides versées aux cirques avec animaux

Mars 2024 – Mme Laurence Rossignol (SER – Val-de-Marne) – Condition animale dans les cirques

Février 2024 – Mme Corinne Vignon (Renaissance – Haute-Garonne) – Conditionnement aides aux circassiens et création de places dans les refuges

Décembre 2023 – M. Ian Boucard (Les Républicains – Territoire de Belfort) – Maltraitance animale  

Septembre 2023 – Mme Christine Arrighi (Écologiste – NUPES – Haute-Garonne) – Exploitation d’animaux sauvages pour la création artistique

Août 2023 – M. Charles Fournier (Écologiste – NUPES – Indre-et-Loire) – Exploitation d’animaux dans les spectacles

Juillet 2023 – Mme Anne-Laurence Petel (Renaissance – Bouches-du-Rhône) – Exploitation des animaux domestiques dans les spectacles itinérants

Juillet 2023 – M. Charles de Courson (LIOT – Marne) – Maltraitance animale

Juin 2023- Mme Danielle Simonnet (LFI – NUPES – Paris) – Dressage d’animaux non domestiques captifs pour le cinéma et la publicité

Mai 2023 – Mme Céline Calvez (Renaissance – Hauts-de-Seine) – Protection des animaux sauvages dans le cadre de la création artistique

Mars 2023 – Mme Laurence Rossignol (Oise – SER) – Maltraitance des animaux domestiques

Janvier 2023 – Mme Samantha Cazebonne (Français établis hors de France – RDPI) – Utilisation d’animaux maintenus en captivité à des fins de création artistique

Décembre 2022 – Mme Samantha Cazebonne (Français établis hors de France – RDPI) – Dispositions réglementaires d’application de la loi visant à lutter contre la maltraitance animale

Décembre 2022 – Mme Sandrine Le Feur (Renaissance – Finistère) – Sortie de la captivité animale en France

Novembre 2022 – M. Nicolas Thierry (Écologiste – NUPES – Gironde) – Captivité des espèces non menacées dans les parcs zoologiques

Janvier 2022 – M. Dimitri Houbron (Agir ensemble – Nord) – Définition des installations extérieures comme espaces de détente pour animaux

Janvier 2022 – M. Dimitri Houbron (Agir ensemble – Nord) – Suivi des animaux sauvages dans les cirques itinérants

PAZ se mobilise pour que la loi discothèque soit appliquée

Sur le plateau de BFMTV IDF, nous appelons l’Etat à faire appliquer la loi adoptée en 2021 sur les discothèques. Cela passe par la sensibilisation des professionnels de la nuit, des contrôles et des sanctions.

La loi n° 2021-1539 du 30 novembre 2021 visant à lutter contre la maltraitance animale et conforter le lien entre les animaux et les hommes précise dans son article 

Art. L. 413-13.-I.-Il est interdit de présenter des animaux domestiques ou non domestiques en discothèque. Pour l’application du présent I, est considérée comme discothèque tout lieu clos ou dont l’accès est restreint, dont la vocation première est d’accueillir du public, même dans le cadre d’évènements privés, en vue d’un rassemblement destiné principalement à la diffusion de musique et à la danse.

PAZ rappelle que les animaux ne sont pas des attractions ni de la décoration. Il est temps que la loi sur les discothèques soit appliquée : les animaux n’ont rien à faire dans un environnement aussi bruyant. 

PAZ alerte sur la présence de perruches dans un bar discothèque, le Mojito’s More à Montreuil

L’établissement Mojito’s More, qui détient des oiseaux dans sa salle, organise des soirées discothèques. Or, depuis le 1er décembre 2021, la présence d’animaux est interdite en discothèque (loi contre la maltraitance animale). Le 29 février 2024, PAZ a écrit à Mojito’s More pour l’informer de la loi et lui demander de la respecter. À ce jour, nous n’avons eu aucune réponse. Nous avons également fait un signalement auprès de la DDPP de Seine-Saint-Denis.

Le 4/04/2024, PAZ saisit l’ARCOM

Le 1/04/2024, sur la chaîne de télé France Info, un serpent était utilisé sur un plateau télé. C’est contraire à la loi depuis le 1/12/2023. PAZ demande une sanction à l’Arcom.

Mobilisation pour demander les soirées illégales de l’Aquarium de Paris

Le 28 décembre 2023 devant l’Aquarium de Paris, les militantes et militants de PAZ se sont mobilisés pour un happening dénonçant les soirées discothèque en présence d’animaux aquatiques organisées à l’Aquarium. En effet, depuis 2021, la loi interdit la présence d’animaux domestiques ou sauvages dans les boîtes de nuit.

 

Bruay (59) : PAZ écrit au Maire suite à la venue du cirque Romane Ritz

PAZ s’était déjà mobilisé dans le Calvados concernant ce cirque qui emprisonne notamment des fauves, zèbres et camélidés.

PAZ écrit au Président du Département de la Mayenne

Le cirque Zavatta Douchet s’est installé à l’Espace Mayenne pour les fêtes. Nous avons sensibilisé le Président du Département qui nous a répondu que c’est Laval Agglo qui serait responsable. 

Notre mobilisation a fait couler de l’encre (ci-dessous dans Le Journal de la Mayenne). 

Montluçon (03) : PAZ fait couler de l’encre suite à la venue du cirque Franco-Italien

Nous avons rappelé que les animaux n’ont pas leur place dans les cirques. Qu’ils soient domestiques ou sauvages, les animaux ont besoin d’un environnement stable et adapté. Nous avons écrit au Maire de Domérat.

Manifestation à Argenteuil (95)

PAZ s’est mobilisée devant le cirque de Rome qui emprisonne une cinquantaine d’animaux dont des primates, des camélidés, des fauves… Plusieurs médias ont relayé notre manifestation.

PAZ dénonce le cirque Claudio Zavatta à Plouay (56)

Nous avons adressé un courrier au Maire Gwen Le Nay lui demandant de ne pas attendre passivement l’application de la loi et de montrer sa sensibilité à la condition animale.

PAZ se mobilise à Vertou (44)

Le cirque Nicolas Zavatta Douchet s’est installé près de Nantes. Il détient notamment des tigres, des lions, des camélidés… France Bleu a fait un sujet sur notre prise de position. PAZ a écrit au Maire de Vertou pour lui expliquer ce que les animaux endurent dans les cirques.

 

France 3 parle de notre mobilisation à Pérols (34)

PAZ s’est rendue à une représentation du cirque Muller à Pérols : les enfants sont invités à toucher des serpents, l’hippopotame Jumbo est exhibé, un poney avec un singe sur le dos est forcé à faire des tours de piste…. C’est révoltant ! Serpents, singes, hippopotames… sont des animaux sauvages : la captivité, le dressage et le transport sont contraires à leurs besoins. PAZ demande à la Mairie de Pérols d’autoriser uniquement des cirques sans animaux : les Maires ne doivent pas attendre passivement l’entrée en vigueur de la loi du 30 novembre 2021 !

Enquête PAZ au cirque Fantasy à Castelsarrasin (82)

PAZ demande le placement des sangliers, rennes, oies, chèvres… dans des refuges adaptés.

Les animaux du cirque Fantasy sont parqués dans des enclos faits de bric et de broc indignes d’un professionnel incompatibles avec les besoins des animaux. Pour quelques minutes de spectacle ces animaux sont condamnés à une vie d’ennui et de privations.

PAZ a effectué un signalement auprès de la DDPP du Tarn-et-Garonne. La Dépêche a fait un papier sur notre enquête.

PAZ écrit au Maire d’Hérouville-Saint-Clair (14)

Nous avons écrit au Maire pour lui expliquer que pour les animaux, un spectacle implique la captivité le dressage et le transport. C’est de la souffrance animale ! Parce qu’il est temps de prendre au sérieux la condition animale PAZ demande à la Mairie d’autoriser uniquement des cirques sans animaux.

Mobilisation collective contre l’exploitation de l’ours Valentin à Troyes

Le festival Chasse et Campagne est organisé le 20 août 2023 au sein du Château de Vaux et prévoyait de présenter au public l’ours dressé nommé Valentin pour deux représentations. Les associations AVES France One Voice et PAZ ont joint leurs forces et écrit aux organisateurs du festival à la préfète du département de l’Aube (Cécile Dindar) et au maire de Troyes (François Baroin). Nos trois structures demandent que Valentin ne soit pas présenté au public lors de cet événement.

Le propriétaire du Château de Vaux nous a répondu par écrit qu’il n’y aura pas de spectacles avec l’ours Valentin lors du festival Chasse Campagne : « Le programme n’avait pas été mis à jour depuis 2021. Ni cette année ni l’an dernier ce spectacle n’est prévu. L’éleveur n’est plus habilité à faire des sorties publics. »

Notre mobilisation collective a donc permis cette clarification. Nous restons vigilants. Nous exigeons son placement dans un refuge.

Mobilisation à Moissac (82) contre l’exploitation de sangliers dans un cirque

Nous avons appris que des sangliers allaient être exploités dans un cirque lors de Festivités Campagnardes organisées par une association d’éleveurs, les 12 et 13 août à Moissac.

PAZ s’est immédiatement mobilisée pour y mettre un terme : La Dépêche et Actu Toulouse.

PAZ interpelle les fêtes médiévales programmant des numéros d’animaux sauvages

Anguillon (13), Brebotte (90), Clamecy (58), Dinan (22), Locquignol (59), Montaner (64)… PAZ interpelle les fêtes médiévales où des animaux sauvages sont exploités (rapaces, perroquets, ours ou loups) : les organisations ne doivent pas attendre passivement l’entrée en vigueur de la loi (ces spectacles étant itinérants, ils seront interdits en 2023/2028 selon l’espèce concernée) et montrer leur considération pour la condition animale en cessant de programmer ce type de numéros. La presse se fait régulièrement l’écho de nos interventions (Le ParisienFrance BleuLe Journal du Centre, Actu…).

Mobilisation pour que le Moulin Rouge arrête son numéro avec des serpents

Jusqu’au 9 mai 2023, le Moulin Rouge utilisait des serpents pour son spectacle. Ils étaient placés dans un aquarium géant avec une danseuse qui plonge et manipule les serpents. Les reptiles essayaient de garder leur tête hors de l’eau. Il y a quelques années, le cabaret utilisait des poneys sur scène. Suite à l’action de PAZ, le célèbre cabaret annonce mettre fin à son numéro avec des serpents. 

Retrouvez toutes nos actions pour pousser le cabaret à prendre cet engagement ici.

Plainte contre le dresseur Pierre Cadéac

En avril 2022, PAZ révèle une vidéo de Fauna et Films, une société de captivité animale qui dresse des animaux pour le cinéma et la publicité où on voit le directeur et directeur, Pierre Cadéac, donner un coup de poing d’une grande violence à un aigle. Nous déposons alors plainte pour acte de maltraitance et lançons un appel à témoignages. En novembre 2022, PAZ dépose un complément de plainte basé sur 15 témoignages de personnes ayant travaillé avec Pierre Cadéac. Leurs récits sont édifiants et révèlent la violence quotidienne exercée par le dresseur (voir le sujet sur Vakita).

Actions pour la fermeture des zoos publics

Même s’ils ne proposent pas de spectacles, les parcs zoologiques mettent en scène les animaux pour divertir le public. Considérant qu’il est scandaleux que l’argent public servent à priver des animaux de liberté, PAZ se mobilise pour la fermeture des zoos publics. Régulièrement, PAZ manifeste devant la Ménagerie du Jardin des Plantes (Le Parisien). Une action de sensibilisation a également été organisée au zoo du parc de la Tête d’Or à Lyon (BFM LyonLe Progrès).

Colloque à l’Assemblée nationale « Amorcer la sortie de la captivité animale en France »

Le 1er décembre 2022, PAZ  organisait avec la députée et co-rapporteure de la mission d’application de la loi du 30/11/2021, Danielle Simonnet (LFI – NUPES), un colloque à l’Assemblée nationale sur le thème « Amorcer la sortie de la captivité animale en France ». 

Découvrez le programme détaillé et les vidéos des interventions ici.

 

Happening devant le Ministère de l’Écologie pour exiger la publication de la réglementation de la loi du 30/11/2021

Le 30 novembre 2022, PAZ a apporté un gâteau d’anniversaire géant devant le Ministère de la transition écologique pour fêter l’anniversaire de la loi du 30 novembre 2021. L’application de la loi doit se préparer dès aujourd’hui. La députée et co-rapporteure de la mission d’application de la loi, Danielle Simonnet (LFI – NUPES) était présente. PAZ a dénoncé que le Ministère n’a toujours pas publié les arrêtés et décrets nécessaires.


Manifestation devant le cirque de Rome à Argenteuil (95)

Les institutions qui sont censées préparer l’interdiction des animaux sauvages dans les cirques LAISSENT FAIRE. Dans 7 ans, on viendra nous dire : « on n’est pas prêt ». Notre manifestation a fait l’ouverture du JT de France 3 IDF, et a été relayée dans Le Parisien.

Défendre l’interdiction des animaux domestiques dans les cirques itinérants

Poneys, lamas, chèvres, dromadaires, chameaux… Les animaux domestiques ne sont pas concernés par la loi. Pourtant, ils ne devraient pas davantage être considérés comme des attractions ! Le CLAC a lancé une pétition contre la venue d’un cirque avec animaux domestiques à Lille. PAZ s’associe à ce combat et a participé à un live de “Mes Opinions” sur la question des animaux domestiques dans les cirques itinérants. Découvrez le live ici.

Soutien aux villes qui refusent les cirques avec animaux sauvages

Villelaure, Cugnaux, Trappes Les villes sont nombreuses à refuser l’installation de cirques utilisant des animaux. Les circassiens s’engagent auprès des Mairies à venir sans animaux, mais ne respectent pas leurs engagements. PAZ pense qu’il est important de soutenir ces municipalités et de ne pas laisser les cirques faire la loi. La loi sera effective, dans 7 ans, elle devra être appliquée.

Porter des propositions pour amorcer la sortie de la captivité animale 

La nouvelle loi ne résout pas toutes les problématiques liées à la captivité animale. C’est pourquoi nous continuons de porter des propositions concrètes sur le sujet lors des élections : interdire tous les animaux dans les spectacles, fermer les parcs zoologiques publics, supprimer les subventions et taxer à 20% les structures à but lucratives qui reposent sur la captivité animale…