Aller au contenu

Nous pensons qu’il est important de mettre la lumière sur les méthodes auxquelles ont recours les Villes pour gérer les populations de pigeons. En effet, au détriment des animaux, de nombreux habitant-es ne savent pas quelle est la politique de leur commune sur la question.

 

Pour avoir une vue d’ensemble des méthodes utilisées pour limiter les populations de pigeons en France, PAZ a demandé à plus de 140 Mairies les documents administratifs relatifs à leur gestion des pigeons. Un compte-rendu par région des méthodes utilisées, ainsi qu’un compte-rendu pour les 20 plus grandes Villes de France, sont présentés. Par souci de clarté, nous avons écarté de notre propos les méthodes répulsives (filets, pics…). Les méthodes les plus couramment utilisées létales ou non létales sont décrites dans la deuxième et la troisième parties.

 

I) Les chiffres

PAZ a demandé à 141 Villes partout en France, les documents administratifs relatifs à la gestion des pigeons. L’accès aux documents administratifs est un droit : les Mairies qui refusent de les transmettre sur simple demande sont donc en infraction. 

 

Sur 141 communes, 52 ont refusé de nous transmettre les documents. Nous avons saisi le Tribunal Administratif pour plusieurs d’entre elles (voir le détail plus bas). Pour les autres :

  • 40 ont recours uniquement à des méthodes non létales (ou n’ont recours à aucune action particulière) ;

  • 43 capturent puis gazent les pigeons et/ou ont recours à des campagnes de tirs ;

  • 6 ont recours à la stérilisation chirurgicale ;

  • 5 pratiquent l’effarouchement1.

Précisons qu’une Ville peut tout à fait avoir recours à plusieurs méthodes. Par exemple, Marseille gaze et stérilise les pigeons, et a installé des pigeonniers contraceptifs sur son territoire. Ainsi, dans les chiffres ci-dessus, Marseille est comptabilisée dans les catégories “capturent puis gazent les pigeons…” et “ont recours à la stérilisation chirurgicale” (mais pas dans la catégorie “ont recours uniquement à des méthodes non létales”).

Nous appelons toutes les Villes à cesser de capturer et tuer les pigeons

Quelques remarques : 

  • Ce travail d’accès aux documents administratifs nous permet de révéler que certaines Mairies donnent l’illusion de prendre en considération la souffrance des pigeons en installant des pigeonniers contraceptifs, mais ont recours dans le même temps à des méthodes létales (gazage et/ou stérilisation chirurgicale). C’est par exemple le cas de Marseille et Toulouse.

  • Ce n’est pas parce qu’une ville n’a pas recours à des méthodes létales que les bailleurs sociaux ou privés ou des gares SNCF n’y ont pas non plus recours. Par exemple, il est possible qu’à Paris, Lyon ou Nice, où la Ville ne tue pas les pigeons, des opérations de captures soient réalisées par des bailleurs.

  • Nous remarquons une grande disparité dans la gestion des pigeons en France. Ni la taille de la ville, ni la localisation ne semblent avoir d’impact sur le choix des méthodes employées. 

  • Nous avons saisi le Tribunal Administratif pour les plus grandes villes (>50.000 habitants) qui ne nous ont pas répondu. Les Villes suivantes nous ont répondu suite à la saisie du TA : Aix-en-Provence, Ajaccio, Boulogne-Billancourt, Le Havre, Lille, Lorient, Marseille, Sarcelles, Toulon et Villeurbanne. Nous sommes toujours en attente de réponse pour : Grenoble, Le Mans, Perpignan et Villejuif. Ces Villes auraient-elles quelque chose à cacher pour refuser de nous répondre après une saisie CADA2 suivie d’une saisie au Tribunal Administratif ?

Légende :

La Mairie n’a pas recours à des campagnes de gazage ni de stérilisation chirurgicale ni à de l’effarouchement. Elle peut n’avoir recours à aucune action particulière ou avoir installé des pigeonniers contraceptifs et/ou utiliser du maïs contraceptif et/ou être conseillée par l’association AERHO.  PAZ précise que ce n’est parce qu’une Mairie ne tue pas les pigeons que l’on peut conclure que la condition des pigeons est satisfaisante (nourriture, habitat…).

La Mairie a refusé de nous communiquer les documents administratifs relatifs à sa gestion des pigeons. Pour la plupart de ces Villes nous avons saisi la CADA. Pour les plus grandes (> 50.000 habitant-es), nous avons saisi la CADA, puis le Tribunal Administratif. L’accès aux documents administratifs étant un droit, la Mairie préfère donc être dans l’illégalité que d’être transparente sur la question de sa gestion des pigeons.

La Mairie a recours à des opérations de gazage ou des campagnes de tirs. Dans le 1er cas, les pigeons sont capturés grâce à des cages ou avec des filets projetés, puis gazés (voir la section Description des différentes méthodes létales – Le gazage et voir notre enquête). Dans le 2ème cas, des sociétés de chasse sont missionnées pour tuer les pigeons (voir la section Description des différentes méthodes létales – Les campagnes de tir). Certaines de ces Mairies ont recours en complément à des opérations de stérilisation / d’effarouchement et/ou ont installé des pigeonniers contraceptifs. Précisons que dans les documents administratifs, il n’est pas toujours spécifié clairement la manière dont les pigeons sont tués mais à notre connaissance, les sociétés de dépigeonnisation auxquelles les Mairies font appel, tuent les pigeons par gazage.

La Mairie a recours à des opérations de stérilisation chirurgicale. Les pigeons sont capturés grâce à des cages ou avec des filets projetés, puis gazés ou stérilisés chirurgicalement (voir la section Description des différentes méthodes létales – La stérilisation chirurgicale). Certaines de ces Mairies ont recours en complément à des opérations d’effarouchement ou ont installé des pigeonniers contraceptifs.

La Mairie a recours à des campagnes d’effarouchement. Un fauconnier effraie les pigeons avec un rapace. PAZ considère que cette méthode est cruelle car elle est stressante pour les oiseaux, que le rapace est dressé et qu’il peut blesser voire tuer des pigeons. Certaines de ces Mairies ont installé des pigeonniers contraceptifs.

Aucune méthodeLyon, Montpellier, Strasbourg, Saint-Étienne, Le Havre, Dijon
Pigeonnier(s) uniquementParis, Nice, Bordeaux, Toulon
Refusent de répondreGrenoble
Gazage, stérilisation chirurgicale et pigeonnier(s)Marseille, Toulouse
Gazage uniquementNantes, Rennes, Reims, Angers, Villeurbanne
Gazage et pigeonnier(s)Lille
Stérilisation chirurgicale uniquement
Nîmes
  

Aucune méthodeLyon, Saint-Étienne, Vénissieux, Thonon-les-Bains, Le Puy en Velay
Pigeonnier(s) uniquementClermont-Ferrand
Refusent de répondreGrenoble, Roanne, Vienne, Saint Genis Pouilly, Alba-la-Romaine, Charroux
Gazage uniquementBourg-en-Bresse, Moulins, Crest
Gazage et effarouchementVilleurbanne, Aix-les-Bains
Effarouchement et pigeonnier(s)
Aurillac
  

Suite à notre campagne, la Ville d’Annecy a annoncé mettre un terme aux campagnes de gazage.

Aucune méthodeDijon, Nevers, Luxeuil-les-Bains
Refusent de répondreBelfort, Auxerre, Sens, Montbéliard, Beaune, Autun
  

Maïs contraceptifQuimper
Refusent de répondreSaint-Brieuc, Redon
Gazage uniquementRennes, Vannes (“euthanasie” par un vétérinaire)
Campagnes de tirsLorient
  

Refusent de répondreBlois, Châteauroux, Fleury-les-Aubrais, Richelieu
Gazage et pigeonnier(s)Tours, Chartres
Gazage uniquementOrléans, Vierzon
  

Aucune méthodeCalvi, Ajaccio
Refusent de répondreBastia, Porto Vecchio, Bonifacio
  

Aucune méthodeStrasbourg, Mulhouse, Épinal, Bar-le-Duc
Convention d’objectifs et de moyens avec l’association AERHOMetz
Pigeonnier(s) uniquementNancy
Refusent de répondreChaumont, Lunéville, Poix-Terron, Broyes
Gazage uniquementReims
Captures uniquementSélestat (Dernière opération en 2019. La Mairie nous indique que les captures sont suivies de « relâchers à de grandes distances » sans nous fournir la moindre preuve. Pour nous, ce n’est pas crédible. Nous pensons que les pigeons capturés sont tués. )
Stérilisation chirurgicale et pigeonnier(s)Troyes
  

Aucune méthodeAmiens
Pigeonnier(s) uniquementTourcoing
Refusent de répondreArras, Creil, Abbeville, Marchiennes
Gazage uniquementRoubaix, Beauvais
Gazage et pigeonnier(s)Lille
Campagne de tirsLaon
  

Aucune méthodeBois Colombes, Fontainebleau
Pigeonnier(s) uniquementParis, Orly
Refusent de répondreVillejuif, Étampes, Coulommiers
Gazage et pigeonnier(s)Enghien-les-Bains
Stérilisation chirurgicale et pigeonnier(s)Boulogne-Billancourt
Gazage uniquement
Asnières-sur-Seine, Sarcelles, Versailles
  

Aucune méthodeLe Havre, Caudebec-lès-Elbeuf
Refusent de répondreEvreux, Cherbourg, Flers
Effarouchement et pigeonnier(s) avec gazageOuistreham (pas de campagnes de gazage organisées mais le contrat d’entretien du pigeonnier prévoit de tuer des pigeons en cas de « surpopulation »)
Gazage uniquement
Caen
  

Aucune méthodeLimoges, Guéret, Collonges la Rouge
Pigeonnier(s) uniquementBordeaux (étude AERHO), Talence
Refusent de répondreAgen, Périgueux, Villeneuve-sur-Lot
Gazage et pigeonnier(s)Châtellerault
Gazage uniquement
Niort, Angoulême, Mont-de-Marsan, Saint-Jean-de-Luz
Gazage et campagnes de tirs
Cognac
  

Aucune méthodeMontpellier, Mende, Figeac
Refusent de répondrePerpignan, Castres, Alès, Frontignan, Millau, Lourdes, L’Isle-Jourdain, Collioure, Aurignac
Gazage, stérilisation et pigeonnier(s)Toulouse
Gazage uniquement
Carcassonne, Colomiers, Blagnac, Rodez, Moissac
Gazage, campagnes de tirs et effarouchement
Grenade
Stérilisation uniquement
Nîmes
  

Aucune méthodeLa Roche sur Yon, Pornic
Pigeonnier(s) uniquementSablé-sur-Sarthe
Refusent de répondreLe Mans, Assé-le-Bérenger
Gazage et pigeonnier(s)Les Sables d’Olonne
Gazage et campagnes de tirsGuérande
Gazage uniquementNantes, Angers, Paimbœuf
  

Aucune méthode Aix-en-Provence, Manosque
Pigeonnier(s) uniquement Nice, Toulon
Refuse de répondre Gap
Gazage, stérilisation et pigeonnier(s) Marseille
Captures et pigeonnier(s) Cannes (l’acte d’engagement spécifie « sans euthanasie » mais la question du réel devenir des pigeons capturés se pose)
Gazage uniquement Avignon
Stérilisation uniquement
Antibes
   

II) Description des différentes méthodes létales

 

Le gazage

Dans un premier temps, l’entreprise doit capturer les pigeons. Pour cela, il existe deux méthodes principales : les cages et les filets projetés. 

 

Dans le cas des cages, les pigeons sont attirés dans une cage où ils peuvent entrer sans pouvoir ressortir. Pour les attirer, l’entreprise enferme un ou plusieurs pigeon(s) appelant(s) et/ou sème du maïs de l’extérieur vers l’intérieur de la cage. Cette méthode est particulièrement appréciée des entreprises de dépigeonnisation et des Villes car elle permet de piéger les animaux à l’abri des regards. En effet, les cages sont installées sur les toits de hauts bâtiments. La Ville peut ainsi tuer massivement les pigeons sans faire face à la protestation de personnes sensibles à la condition animale.

Outre la finalité, cette méthode est particulièrement cruelle : les oiseaux subissent les intempéries – pluie, vent, chaleur… – sans avoir aucun abri. Par exemple, l’association Dignité Animale avait dénoncé l’installation de cages par un bailleur privé Caluire-et-Cuire. Les cages étaient installées sur le toit en plein soleil en pleine canicule. De plus, les oiseaux n’ont pas toujours accès à de l’eau et/ou nourriture et certains meurent donc de soif ou de faim.


La deuxième méthode consiste à nourrir les pigeons pendant plusieurs jours à un même endroit et à la même heure. Ainsi lorsque les oiseaux sont habitués à se regrouper à un endroit et un horaire précis pour manger, le personnel projette un filet sur le groupe de pigeons.


Les pigeons capturés sont ensuite gazés dans des caissons à CO
2. Certaines municipalités ne passent pas par une entreprise externe pour piéger et/ou tuer les pigeons : ce sont directement les agents municipaux qui effectuent l’appâtage et le gazage.

 

Les campagnes de tir

D’après les documents administratifs que nous avons reçus, nous avons pu constater que cette méthode est généralement utilisée par les communes de petite ou moyenne taille (max 25.000 habitant-es). Le travail est généralement confié à des sociétés de chasse, qui ont recours à des systèmes de tirs silencieux. Ainsi, les riverain-es peuvent ne pas être au courant que leur commune a recours à cette méthode cruelle.

 

La stérilisation chirurgicale

Pour attraper les pigeons pour la stérilisation chirurgicale, les entreprises utilisent les mêmes méthodes de capture que lorsqu’il s’agit de les gazer : installation de cages pièges ou filets projetés.

 

Malheureusement, contrairement à ce qu’annoncent les entreprises de dépigeonnisation, la stérilisation n’est pas une méthode « douce ». Pour des raisons de souffrance animale, cette pratique est d’ailleurs interdite en Belgique depuis 2001. Étant donné les souffrances subies par les oiseaux et les taux de mortalité importants, nous considérons que la stérilisation chirurgicale est une méthode particulièrement cruelle et létale. 

 

Pour comprendre en détails en quoi consiste la stérilisation chirurgicale, découvrez notre article consacré à cette méthode cruelle. Pour résumer :

  • Les entreprises opèrent une “sélection” avant l’opération. En effet, après la capture, les pigeons font l’objet d’un tri : certains sont « sélectionnés » et vont être stérilisés, les autres sont tués (gazage). Par exemple, le contrat conclu en 2021 entre la SACPA et la ville de Nîmes précise que la stérilisation est pratiquée sur au « maximum 20% des pigeons capturés », les 80% restants sont tués directement sur place après avoir été capturés.

  • La stérilisation chirurgicale des pigeons est contraire à la condition animale car il s’agit d’une chirurgie extrêmement lourde pour les oiseaux. Les risques d’hémorragie et les risques liés à l’anesthésie sont très élevés. D’autant plus que la SACPA ne suit pas les recommandations vétérinaires en termes d’anesthésie.

  • La SACPA précise que le taux de mortalité lié à l’opération est inférieur à 5%. C’est extrêmement élevé. Par comparaison, le risque létal associé à l’anesthésie est de 0,1 % chez les chats et de 0,05 % chez les chiens. De plus, ce chiffre est nécessairement sous-estimé car la surveillance des pigeons s’arrête au bout de 48 heures ou 72 heures. Les pigeons qui meurent au-delà de ce délai ne sont donc pas comptabilisés, tout comme les pigeons tués lors de la “sélection” pré-opération. Par ailleurs, PAZ note l’incohérence des chiffres présentés par la SACPA : comme dit précédemment, sur son site internet l’entreprise indique un taux de mortalité inférieur à 5% mais dans son mémoire technique adressé à la Ville de Nîmes, elle indique un taux de mortalité accepté de 10%.

III) Description des méthodes éthiques

 

Le pigeonnier contraceptif

Le pigeonnier contraceptif est une structure qui offre un habitat aux pigeons, tout en limitant leur population. Le principe consiste à secouer les œufs pondus ou à les remplacer par des factices afin qu’ils n’éclosent pas (certaines entreprises retirent les œufs sans les remplacer mais cela est à proscrire pour éviter que les pigeonnes ne repondent rapidement). Afin de fidéliser les oiseaux au pigeonnier, celui-ci doit être entretenu (nourriture et nettoyage).

 

Il est important de noter que ce n’est pas parce qu’une ville n’a pas recours à des méthodes létales que cela veut nécessairement dire que les pigeons peuvent vivre correctement. Le pigeonnier contraceptif combine ainsi plusieurs avantages :

  • limiter de manière éthique les populations de pigeons ;

  • offrir un habitat aux pigeons ;

  • permettre aux oiseaux de se nourrir correctement. Les pigeonniers sont aussi une opportunité d’autoriser les habitants nourriciers à nourrir à cet endroit.

 

Le maïs contraceptif

Présenté sous forme de grains de maïs, ce traitement contraceptif cible spécifiquement les pigeons. Cette nouvelle méthode, respectueuse de la condition animale, a déjà fait la preuve de son efficacité dans de nombreuses villes européennes. Elle est disponible en France à destination des collectivités.

Pour en savoir plus, voir notre article dédié au maïs contraceptif.

 

Notes de bas de page

 

1 La stérilisation chirurgicale et l’effarouchement sont considérées comme des méthodes létales pour des raisons qui seront détaillées dans la deuxième partie et/ou dans le plan de la carte (voir plus bas).

2Commission d’Accès aux Documents Administratifs