Aller au contenu

Cohabitons pacifiquement avec les pigeons

Les pigeons ne sont généralement pas les bienvenus en ville. Les mairies, les bailleurs sociaux ou encore la SNCF peuvent installer des filets qui finissent par les piéger et les tuer ; voire les piéger directement pour les gazer. PAZ s’oppose à ces méthodes cruelles.
 
Les filets
 

Les filets ont pour but d’empêcher les pigeons d’accéder à certains endroits tels que des ponts. Cette méthode peut sembler inoffensive mais dans les faits, les oiseaux parviennent à s’y engouffrer et se retrouvent piégés. Ils sont alors incapables d’en ressortir et ces dispositifs deviennent ainsi des mouroirs à pigeons. 

 

Nous demandons à la Mairie de Paris, la RATP et la SNCF de retirer tous les filets à Paris. Pour signer notre pétition, cliquez ici.

Les pièges et le gazage

Pour attraper des pigeons, il existe deux méthodes principales : les cages et les filets projetés. 

Dans le premier cas (cages), un pigeon appelant (ou quelques-uns) est enfermé dans une cage qui permet aux pigeons de rentrer sans pouvoir ressortir. Cet appelant attire les autres, qui se retrouvent coincés à leur tour. Les “sociétés de dépigeonnage” n’ont plus qu’à ramasser les oiseaux et les gazer. Les cages étant généralement installées à l’abri des regards (toits d’immeubles comme des gares ou des bibliothèques par exemple), cette méthode est particulièrement pratique pour tuer les pigeons discrètement. 

Dans le deuxième cas, la “société de dépigeonnage” nourrit avec des graines pendant plusieurs jours les pigeons à un même endroit, à la même heure. Lorsque les oiseaux sont habitués à se regrouper à un endroit et un horaire précis pour manger, le personnel projette un filet sur le groupe de pigeons. 

Les cages et les filets projetés sont également utilisés pour attraper des pigeons dans le but de les stériliser. Malheureusement, la stérilisation n’est pas forcément une méthode “douce” : en 2011, GAIA révélait des images terribles de pigeons stérilisés à vif en France. Aujourd’hui, nous ne pouvons pas dire si toutes les sociétés anesthésient les animaux pour la chirurgie, ni si cette anesthésie est suffisante. De plus, les pigeons jugés “non sains” peuvent être gazés.

PAZ demande à la Mairie de Lisle (24) de cesser de tuer les pigeons

PAZ s’oppose aux campagnes de tirs sur les pigeons et a écrit au Maire pour lui demander d’utiliser des méthodes éthiques. Les pigeons sont des êtres sensibles ! Après notre entretien du 20/10 dans un message écrit au Maire PAZ a fait part de nos propositions autour 4 axes pour lui demander d’abandonner l’idée de tuer les pigeons et pour l’informer des méthodes éthiques existantes.

La Députée Cécile Rilhac (Rennaissance) interroge le gouvernement sur les filets anti-pigeons (95)

La Députée du Val-d’Oise, Cécile Rilhac (Renaissance), a déposé une question écrite sur l’utilisation de filets anti-pigeons. La Députée explique que bien que cette méthode puisse sembler inoffensive, elle peut faire souffrir et tuer un certain nombre d’oiseaux. En effet, les oiseaux arrivent toujours à s’engouffrer dans les filets, puis se retrouvent pris au piège et meurent de faim ou de soif. 

Cécile Rilhac ajoute qu’il est indispensable de mettre en place d’autres solutions comme des pigeonniers contraceptifs. Elle demande donc au gouvernement des précisions sur les solutions alternatives aux filets afin de ne pas blesser et tuer les pigeons.

La GMF retire le filet installé à Ermont (95) Fin juillet 2022, une habitante découvre qu’un filet a été installé par la GMF autour d’un escalier de service à Ermont (95). Des pigeons sont alors déjà pris au piège. Elle alerte PAZ. Depuis cette date, nous n’avons cessé d’interpeller la GMF, qui ne réagissait pas. La médiatisation de l’affaire, la mobilisation sur les réseaux sociaux ainsi que la manifestation organisée par PAZ ont fini par convaincre la GMF de retirer définitivement le filet fin septembre 2022 (La Gazette du Val d’Oise, Le Parisien, La Gazette du Val d’Oise).

Gare de Lille-Flandres
PAZ a dénoncé des pièges à pigeons de la gare de Lille-Flandres : des cages étaient installées sur le toit et les pigeons piégés étaient récupérés régulièrement en les mettant dans des sacs poubelle. La presse a largement relayé l’information (Actu Lille, France 3, France Inter), poussant la SNCF à retirer les pièges. PAZ se félicite de cette décision et reste vigilante à ce que les pièges ne soient pas réinstallés ailleurs.

Le Parisien publie une pleine page sur la question des pigeons en Ile-de-France Le 3 mai 2022, grâce à notre campagne, Le Parisien publie trois articles sur la gestion des pigeons par les villes. Cette pleine page permet de dénoncer les méthodes cruelles utilisées par certaines villes comme Sarcelles (95) et d’appeler à l’utilisation de méthodes non létales pour limiter les populations de pigeons.

Bois-Colombes (92)
En mars 2022, la Mairie nous informe avoir résilié tous les contrats de captures des pigeons. PAZ avait été reçue par la Mairie de Bois-Colombes (92) suite à l’alerte d’une habitante.

Pocé-sur-Cisse (37)
En février 2021, choquée par les pièges à pigeons installés par sa commune, une habitante alerte PAZ. Les pigeons sont attirés dans une cage par un oiseau appelant et ne peuvent plus en ressortir. L’entretien des cages ayant lieu de façon irrégulière, les oiseaux “meurent de froid, de manque de nourriture ou d’épuisement à force de se débattre. Ils souffrent et en plus ce n’est pas efficace » a dénoncé Amandine Sanvisens, co-fondatrice de PAZ, sur France Bleu Touraine. L’occasion, une nouvelle fois, de promouvoir les méthodes non létales comme les pigeonniers contraceptifs.

Paris (RATP)
PAZ s’alerte dès 2020 des filets installés par la RATP. En septembre 2020, Le Parisien publie un papier sur notre alerte à la station Balard (Paris 15e). L’Adjoint à la Condition Animale Christophe Najdovski avait alors écrit à la RATP pour lui demander d’intervenir et de prendre en considération la condition animale.

Le 31 décembre 2020, PAZ apprend par une habitante que des pigeons vivants sont pris au piège des filets à la station Jaurès, à Paris 19e. Lors de la pose de nouveaux filets à cet endroit, les agents n’ont pas vérifié que les oiseaux étaient partis. Résultat : les nouveaux filets posés emprisonnent plusieurs pigeons dont des jeunes qui ne parviennent pas à se libérer. 

Suite à une belle mobilisation et à l’intervention de personnalités (Hugo Clément, Greg Guillotin et Laurence Parisot), la RATP nous a appelées. Le 5 janvier 2021, les pigeons ont été libérés ! Cependant, les filets sont toujours en place et pourront tuer dans le futur. (CNews, Journal de France Bleu, France Bleu, France 3, BFM Paris)

Sur ce dossier, plusieurs des Conseillères et Conseillers de Paris se sont mobilisé-es à nos côtés : Danielle Simonnet a interpellé au Conseil de Paris l’Adjoint au Transport David Belliard, Douchka Markovic a écrit à la PDG de la RATP et Roger Madec est intervenu pour que la RATP libère les pigeons de Jaurès. Au niveau régional, le groupe Alternatives (Annie Lahmer, David Belliard…) a déposé un voeu au Conseil d’Administration IDF Mobilités.

Sens (89)
En 2020, nous avons alerté au sujet des pièges à pigeons de la cathédrale de Sens, où des animaux étaient abandonnés à la mort (France Bleu, France 3).

Bougival (78)
Grâce à notre mobilisation en 2020, des filets qui piégeaient les pigeons ont été retirés (Le Parisien).